Ordre et chaos

Ah qu’il est doux le sentiment que l’on éprouve une fois son appartement bien rangé ! Un plaisir que confirme la recherche : faire des rangements est bon pour le cerveau. Encore qu’un certain chaos ne soit pas forcément à dédaigner – tout en sachant que les deux extrêmes ont des répercussions négatives sur le psychisme.

Les rangements rendent généreux
Ce n’est pas pour rien que les pros du rangement – voir la Japonaise Marie Kondo, qui écrit des livres et donne à la télé des cours sur l’art de mettre de l’ordre dans sa vie – ont un tel succès. Ses vidéos la montrent rendant visite à des gens souhaitant mettre de l’ordre dans leur vie, qu’elle aide à se défaire systématiquement de choses inutiles et qui, une fois l’ordre rétabli, rayonnent généralement de bonheur.

La recherche sur le cerveau confirme ce phénomène : avoir de l’ordre fait du bien au corps comme à l’esprit. Plusieurs études montrent que l’on est plus concentré et détendu dans un environnement professionnel bien rangé et que la production de cortisol, une hormone provoquant le stress, est alors nettement plus faible. Procéder régulièrement à des rangements contribue donc à atténuer le risque de maladies cardiovasculaires et de dépressions et aide même le cerveau à produire l’ « hormone du bonheur » qu’est la sérotonine.

Qui plus est, l’ordre encouragerait en outre un comportement social. Réalisée en 2013 à l’Université du Minnesota, une expérience consistant à amener des personnes vivant dans des conditions bien rangées pour les unes, chaotiques pour les autres, à faire des dons en espèces fictifs montre que les premières se montraient nettement plus généreuses que les secondes.

Quand le chaos prend le dessus
Un excès de chaos peut rendre malade. On estime de 2 à 5 pour cent de la population européenne les personnes souffrant de « thésaurisation pathologique », maladie inscrite depuis 2013 au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Les personnes atteintes de cette maladie ont pour les objets un attachement pouvant aller jusqu’à rendre des pièces entières inhabitables.

Une question de créativité
Cela signifie-t-il que tout le monde devrait s’inscrire à un cours de Marie Kondo ? Pas vraiment, car un excès d’ordre est, lui aussi, préjudiciable pour le psychisme. Un besoin d’ordre exacerbé peut engendrer des troubles compulsifs accompagnés d’une dépression.

Et – oh surprise : le désordre peut, lui aussi, être bénéfique pour le cerveau, notamment lorsqu’il s’agit de trouver de nouvelles idées. Si les personnes créatives passent souvent pour chaotiques, il existe aussi des études montrant l’inverse, à savoir que le chaos stimule la créativité. On en a l’exemple avec une étude de l’Université du Minnesota lors de laquelle des personnes furent priées de noter le plus grand nombre possible d’usages pouvant être faits d’une balle de tennis. Ces personnes se trouvaient pour partie dans une salle impeccablement rangée et pour partie dans une salle qui était un véritable capharnaüm. Résultat : un jury ignorant tout de la différence des lieux estima les idées du groupe « capharnaüm » significativement plus créatives que celles de l’autre groupe.

Lors d’un autre test, de la même série, les personnes entourées d’un véritable chaos choisirent, sur un menu, des boissons que le jury estima nettement moins conventionnelles que celles cochées par le groupe témoin. Conclusion des auteurs de l’étude : le désordre rend plus curieux et moins conventionnel.

Ces études montrent que ni l’ordre ni le chaos ne constituent en soi des paramètres permettant de se prononcer sur le bien-être, la santé ou
la créativité physiques et psychiques d’une personne et que seule la synthèse de ces deux états fait de nous des êtres équilibrés et réceptifs au grand nombre d’impulsions chaotiques auxquelles nous sommes quotidiennement exposés.

Le cerveau est le plus important de nos organes. Et pourtant, il reste tant de choses à découvrir à son sujet.

La Ligue suisse pour le cerveau soutient la recherche neurobiologique conduite en Suisse et fournit au public des conseils pour une bonne santé cérébrale.

Nous sommes entièrement financée par des donateurs privés. Vous contribuerez ainsi à l’encouragement de la recherche sur le cerveau pratiquée en Suisse.

Faire un don

La Semaine du cerveau 2021 – Enregistrements

 

En raison de la situation sanitaire, les conférences (du 15 au 19 mars 2021) ont été organisés cette année sous forme de visio-conférences accessibles à tous. Cliquez ici pour accéder aux enregistrements.

Plus

Magazine «le Cerveau»

 

« le Cerveau » paraît tous les trimestres; il est envoyé gratuitement aux donateurs de la Ligue suisse pour le cerveau. Commandez un spécimen!

Plus

Wir verwenden Cookies und Analysetools, um Ihnen den bestmöglichen Service zu gewährleisten. Indem Sie auf der Seite weitersurfen, stimmen Sie der Verwendung von Cookies und Analysetools zu. Weitere Informationen finden Sie in unseren Datenschutzbestimmungen ».

Ich stimme zu

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse dans le but de vous garantir le meilleur service possible. En continuant de surfer sur notre site, vous donnez votre consentement à l’utilisation de cookies et d’outils d’analyse. Veuillez consulter no dispositions relatives à la protection des données » pour de plus amples informations.

J’accepte