Bourse de recherche 2021

Dotée de 60 000 francs, la première bourse de recherche 2021 de la Ligue suisse pour le cerveau a été décernée à Mahshid Gazorpak, candidate au doctorat en neurosciences moléculaires et comportementales de l’EPF de Zurich. La lauréate étudie l’action que les protéines des récepteurs du stress exercent dans le cerveau sur la réaction de stress. De ces recheches pourraient résulter de nouvelles connaissances et de nouvelles possibilités de traiter des maladies psychiques telles que les dépressions et les troubes anxieux induites par le stress.

La bourse de la Ligue suisse pour le cerveau va permettre à Mahshid Gazorpak de poursuivre ses travaux pendant un an.

Manipuler des protéine, soulager le stress

Les proteines, qui sont les constituants des cellules, influencent par exemple la façon dont le cerveau gère le stress. L’une d’elles, qui joue un rôle central dans le stress, est la protéine du récepteur des glucocorticoïdes, ou GR, dont Mahshid Gazorpak pense que la désactivation pourrait faire baisser le stress. Ce qu’elle entend vérifier à l’aide de molécules développées par elle, qui annuleraient l’action de la proteine GR. Cette manipulation protéinique constituerait une première dans l’histoire de la recherche sur le cerveau.

Les connaissances et les approches thérapeutiques que promet cette recherche sont telles que le comité de la Ligue suisse pour le cerveau l’a préférée aux nombreuses candidatures qu’elle a reçues.

De nouvelles méthodes pour la recherche sur le ceveau
Mahshid Gazorpak étudie la façon dont la proteéine GR pilote la réaction de stress. Son hypothèse, que l’on trouve également dans d’autres études, est que son extinction inhiberait le stress. Ce qui, toutefois, manquait jusqu’à ce jour, était une méthode d’investigation permettant d’approfondir la question.

Pour la première fois, Mahshid Gazorpak utilise pour ses investigation des molécules ayant été spécialement conçues pour suivre dans le cerveau ce que fait la protéine GR. Également estimée très prometteuse par d’autres disciplines médicales, la manipulation protéinique fait actuellement l’objet d’essais cliniques pour le traitement du cancer de la prostate.

Moins d’effets secondaires grâce à une utilisation ciblée
Les « extincteurs de la GR » étant utilisés de façon très ciblée, le risque d’effets secondaires est moins élevé. Une faible dose, injectée directement dans le cerveau, suffirait apparemment pour mener à bien la manipulation protéinique. C’est en éprouvette que Mahshid Gazorpark veut commencer par tester l’effet que les « extincteurs de la GR » ont sur les cellules du cerveau, et passer ensuite seulement à l’expérimentation animale.

Ce projet de reherche est centré sur l’hippocampe, une région du cerveau en charge des émotions et des souvenirs. Une fois les extincteurs de la proteine GR injectés directement dans l’hippocmpe de souris vivantes, sera examinée la question de savoir si, et comment, les molécules extinctrices interagissent avec les protéines GR. Si cette interaction se produit effectivement, devrait en résulter une désactivation irréversible des protéines et, par conséquent, un affaiblissement de la réaction que les souris ont au stress.

Cette nouvelle méthode, ainsi que les connaissances fournies par la recherche de Mahshid Gazorpak, recèlent un potentiel énorme pour les neurosciences et le traitement des dépressions et des troubles anxieux. Si la Ligue suisse pour le cerveau a choisi ce projet, c’est pour permettre à cette jeune chercheuse d’entreprendre sa recherche et de la poursuivre durant toute une année grâce à la bourse dont elle va bénéficier.


Autres participants à la recherche: Dr Katharina Gapp (superviseur), Prof. Johannes Bohacek

Für das Stipendium sind viele sehr hochkarätige Anträge eingegangen. Wir gratulieren herzlich auch der Zweitplatzierten Alexandra Bentrup mit dem Arbeitstitel «Mechanisms leading to cytoplasmic vacuolation in mammalian cells» sowie der Drittplatzierten Inês Antunes dos Santos Dias mit dem Titel «Closed-loop acoustic stimulation of slow-wave sleep: exploring CLAS as a tool to modulate protein handling and neural circuitry properties in animal models of neurodegeneration» und wünschen ihnen viel Erfolg für ihre weitere Forschung.

Le cerveau est le plus important de nos organes. Et pourtant, il reste tant de choses à découvrir à son sujet.

La Ligue suisse pour le cerveau soutient la recherche neurobiologique conduite en Suisse et fournit au public des conseils pour une bonne santé cérébrale.

Nous sommes entièrement financée par des donateurs privés. Vous contribuerez ainsi à l’encouragement de la recherche sur le cerveau pratiquée en Suisse.

Faire un don

La Semaine du cerveau 2021 – Enregistrements

 

En raison de la situation sanitaire, les conférences (du 15 au 19 mars 2021) ont été organisés cette année sous forme de visio-conférences accessibles à tous. Cliquez ici pour accéder aux enregistrements.

Plus

Magazine «le Cerveau»

 

« le Cerveau » paraît tous les trimestres; il est envoyé gratuitement aux donateurs de la Ligue suisse pour le cerveau. Commandez un spécimen!

Plus

Wir verwenden Cookies und Analysetools, um Ihnen den bestmöglichen Service zu gewährleisten. Indem Sie auf der Seite weitersurfen, stimmen Sie der Verwendung von Cookies und Analysetools zu. Weitere Informationen finden Sie in unseren Datenschutzbestimmungen ».

Ich stimme zu

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse dans le but de vous garantir le meilleur service possible. En continuant de surfer sur notre site, vous donnez votre consentement à l’utilisation de cookies et d’outils d’analyse. Veuillez consulter no dispositions relatives à la protection des données » pour de plus amples informations.

J’accepte